Débutants, Les instruments, Piano

Comment progresser au piano ? Astuces pour devenir un bon pianiste

progresser-piano

Quand on joue du piano, on a souvent tendance à vouloir progresser plus vite. Notamment lorsque l’on est débutant.

Il existe plusieurs astuces afin de parvenir à améliorer son niveau en intensifiant sa progression. Cela permet de renforcer sa confiance en soi et de prendre encore plus de plaisir à jouer.

Ces astuces peuvent devenir fortement avantageuses lorsqu’elles sont appliquées de manière minutieuse. Si vous aspirez à apprendre le piano avec une bonne méthode, voici quelques conseils conçus afin de vous aider !

  1. Choisir quel morceau apprendre
  2. Bien déchiffrer le solfège
  3. Corriger les fausses notes : adopter une discipline adéquate
  4. Aller vite au piano : pas toujours synonyme d’excellence
  5. Faire des exercices pour la dextérité des doigts
  6. Développer sa technique les deux mains ensemble
  7. Découper le morceau en plusieurs parties
  8. Rendre son apprentissage plus facile grâce à l’indulgence
  9. Etre assidu dans son travail sans se brusquer
  10. Prêter attention à la posture de son corps sans outrance
  11. Autres conseils à ne pas négliger

1. Choisir quel morceau apprendre

Aimer ce que l’on fait facilite souvent les choses. C’est pourquoi le choix de votre morceau doit vous tenir à cœur. Vous serez plus motivé à l’étudier et cela rendra votre pratique bien plus agréable encore. Ne vous forcez jamais à travailler une composition qui vous déplaît. Ne cherchez pas non plus à épater la galerie. Autrement dit, ne tentez pas de pratiquer une œuvre qui vous est inassimilable .

Jouez des morceaux correspondant à votre niveau. Toutes les œuvres musicales sont adaptables aux capacités de n’importe quel pianiste. Débutant, intermédiaire ou professionnel. Il suffit d’effectuer quelques recherches sur le net, pour en avoir la preuve.

Toutefois, privilégiez les requêtes en anglais. Comme, par exemple, turkish march easy piano sheet. Les résultats seront, en règle générale, bien plus denses et plus convaincants.

2. Bien déchiffrer le solfège

Le solfège est constamment redouté par de nombreux musiciens. Certaines personnes bloquent complètement dès qu’elles y sont initiées. Éprouvant des difficultés à le retenir efficacement. Pourtant, lorsque l’on parvient à distinguer son utilité exacte, on s’aperçoit qu’il n’est en réalité qu’un intermédiaire entre le piano et le pianiste. Et le déchiffrer peut devenir plus simple qu’il n’y paraît. Si l’on emploie les bonnes méthodes

Au-dessus de votre piano, affichez une impression (aisément trouvable sur internet) de toutes les notes composant la clé de sol et la clé de fa. En prenant soin de noter leur nom en dessous, si ce dernier n’apparaît pas. Vous pouvez également avoir recours au même moyen mnémotechnique pour mieux différencier les dièses et les bémols sur le clavier, pour savoir quelle note équivaut à combien de temps, etc…

Ecouter les morceaux que vous aimez jouer, tout en prêtant attention aux notes inscrites sur leur partition peut aussi être un bon remède afin de mieux interpréter le solfège. Chanter ou utiliser vos mains pour battre le rythme, peut éventuellement aussi vous aider.

Les notes de musique ne sont pas des sciences mathématiques. Leur déchiffrage ne dépend que d’un travail de mémorisation. 

Voici un résumé sur les bases du solfège qui pourra vous être bénéfique afin de mettre à jour vos connaissances.

3. Corriger les fausses notes : adopter une discipline adéquate

Recommencer sans cesse depuis le début du morceau lorsque l’on fait des erreurs, n’est pas ce qu’il y a de plus salutaire. Il est plutôt préférable d’analyser ce qui pose problème, avant de rejouer plusieurs fois de suite le passage délicat jusqu’à sa parfaite réalisation. Le problème peut être lié à un mauvais doigté, une lecture de notes incorrecte, un manque de dextérité ou d’autres choses encore.

 Une fois que cela a été mis en place, il est bon de retravailler le passage corrigé avec l’enchaînement de notes le suivant.

4. Aller vite au piano : pas toujours synonyme d’excellence

Jouer vite, c’est bien. Mais l’âme de la musique ne repose pas sur la compétition. Si vous avez du mal à jouer un morceau à la vitesse appropriée, ce n’est pas grave. Progressez à votre rythme. Vous devez toujours accélérer la cadence à mesure que vous parvenez à améliorer votre jeu. 

Jouer trop vite dès le commencement de l’étude d’une partition peut causer bien des dégâts. Et nuire totalement à la qualité de votre jeu.

Vous serez capable d’améliorer votre rapidité au piano, tout au long de votre entraînement. 

Ne vous laissez pas impressionner par la vitesse d’une œuvre. Sa difficulté réside avant tout dans la façon dont ses notes se succèdent, et pas forcément dans la rapidité de son tempo.

A mesure que vous augmenterez la rapidité de votre jeu, pensez également à développer votre toucher pianistique, une fois que vous maîtriserez convenablement votre partition.

piano-progresser

5. Faire des exercices pour la dextérité des doigts

Si vous avez l’occasion de jouer des croches liées (doubles croches, triples croches, quadruples croches) à foison. Vous vous apercevrez que cela fait très rapidement mal aux doigts. Et ceci est tout à fait normal ! Cela fonctionne comme pour les disciplines sportives. Si nous souhaitons que l’une des parties de notre corps soit opérationnelle, il faut alors songer à l’exercer ! 

La dextérité des doigts est indispensable pour un pianiste. Elle permet de jouer avec davantage d’harmonie. 

Il existe des livres d’exercices afin de la travailler, comme Le Petit Pischna de Johann Pischna ou Les Cinq Doigts de Czerny. 

Ils vous permettront d’améliorer la souplesse ainsi que l’agilité de vos doigts. Et vous souffrirez moins lorsque vous aurez à jouer un morceau chargé de croches !

6. Développer sa technique les mains ensemble

La coordination des mains fait probablement partie des éléments les plus complexes de l’activité pianistique. Bien évidemment, avec l’habitude, cela devient moins éreintant. Il est ainsi bon d’y aller petit à petit. La main droite se préoccupe de jouer la mélodie tandis que la main gauche est là pour la soutenir. On commence ainsi d’abord par étudier la main droite puis la main gauche.

Quand le jeu respectif des mains séparées est suffisamment convenable, elles peuvent enfin jouer ensemble. N’oubliez-pas de débuter lentement avant de pouvoir accélérer progressivement jusqu’à jouer votre morceau au rythme attendu. 

7. Découper le morceau en plusieurs parties

Tout apprendre d’un seul coup n’est pas spécialement une brillante idée. Retenez bien ceci : si vous voulez vous améliorer, allez-y posément ! Vous ne pouvez pas vous attendre dès le début à obtenir des résultats dignes d’un pianiste professionnel ! Quand bien même il est toujours bon, peu importe son niveau, de découper le morceau étudié en plusieurs parties. Le mieux est de le faire à partir des portées de la partition. 

Si votre morceau n’est doté que d’une seule page, travailler 1 à 2 portées par jour serait l’idéal. S’il en est doté de plus, essayez d’en travailler 3 à 4 par jour. A vous de savoir si vous vous sentez apte d’aller au-delà, au fil du temps.

Mais retenez bien que, pour chaque portée, il est bon de d’abord analyser puis de travailler méticuleusement chaque mesure.

piano-progresser

8. Rendre son apprentissage plus facile grâce à l’indulgence

Evitez à tout prix de placer la barre trop haut, de vous mettre la pression ou pire encore, de vous dire que vous n’êtes pas fait pour ça car vous êtes nul. Un instrument de musique reste essentiellement une pratique. Et la pratique induit inévitablement de devoir passer par une certaine préparation avant d’acquérir une bonne maîtrise. Vous progresserez bien plus vite si vous adoptez une attitude positive, tout en vous montrant indulgent quant à votre avancée. 

Autorisez-vous à faire des fautes. Prenez votre temps. Improvisez par moments si vous vous en sentez capable. Vous n’êtes pas toujours obligé de suivre une partition “note à note”. Lâchez-vous ! 

Vous verrez que plus vous avancerez au piano, moins vous vous poserez de questions. Pour la simple et bonne raison que vous aurez gagné en confiance car vous aurez appris à vous familiariser avec l’instrument et à vous l’approprier !

9. Etre assidu dans son travail sans se brusquer

Bien qu’il n’y ait pas de nombre d’heures à absolument respecter pour s’améliorer. En jouer 1 à 2 heures par jour vous permettrait néanmoins d’obtenir une bonne progression. Evidemment, un travail régulier finit toujours par payer. Mais il est inutile de s’acharner de manière abrupte, si quelque chose vous pose souci. Si vous recommencez à chaque fois les mêmes erreurs malgré votre bonne volonté, faites une pause. Parfois le mieux est d’attendre quelques minutes, d’autres fois quelques heures voire même le lendemain.

Laissez le temps à votre mémoire de digérer ce qu’elle vient d’ingérer. C’est en supprimant toute résistance que vous parviendrez au mieux à surmonter les difficultés qui se présenteront à vous ! Focalisez-vous uniquement sur l’aboutissement de ce que vous souhaitez atteindre !

10. Prêter attention à sa posture sans outrance

On dit souvent qu’il faut avoir une position décontractée pour jouer du piano. Certes, si vous êtes crispé, cela risque de vous embêter. De même que si vous optez pour une mauvaise position, cela finira par devenir incommodant. Mais ne gaspillez pas non plus votre énergie à vous répéter que vous devez absolument être détendu. 

Le plus important est de vous immerger dans le morceau. De le sentir, de l’incorporer, de le vivre ! 

Tout en vous souciant, naturellement, de rester droit sans bouger vos bras et de continuer à prêter attention au mouvement de vos mains et à la dextérité de vos doigts.

Ce n’est pas tellement la détente qui importe le plus lors du jeu d’un morceau. Mais plutôt l’intensité que le pianiste saura lui donner !

11. Autres conseils à ne pas négliger

Il est des détails, bien que profitables, que l’on a facilement tendance à omettre. 

  • La longueur des ongles : ils ne doivent jamais être trop longs. Autrement vos doigts vont se mettre à glisser sur les touches, ne pouvant pas s’enfoncer comme il se doit.
  • Piano numérique et piano acoustique : l’inconvénient des pianos numériques est que certains ne poussent pas suffisamment les pianistes à enfoncer les touches. Il y en a même dont les claviers sont vraiment mauvais. La qualité sonore va généralement de pair, dans ce genre de cas… C’est pourquoi le choix de votre piano numérique doit se faire avec précaution. Particulièrement si vous jouez en parallèle sur un piano acoustique. Faites bien en sorte que votre piano électrique se rapproche le plus possible aussi bien au niveau du toucher qu’au niveau du son, d’un piano classique. Si en acheter un ne vous dit rien, vous pouvez tout aussi bien en louer un. Afin de voir s’il s’agit réellement du piano adéquat pour vous. Vous pourrez ainsi le rendre à tout moment, si jamais l’instrument ne vous convient pas.
  • Prendre des cours : si vous avez commencé à apprendre le piano seul et que vous vous sentez perdu, n’hésitez pas à vous inscrire à des cours afin d’être mieux guidé. Ils vous aideront à améliorer votre technique et vous apporteront d’autres clés indispensables pour devenir un pianiste accompli.