Les différents styles musicaux

La musique country américaine : d’où vient-elle ?

musique-country-americaine

Affectée par bien des stéréotypes dans l’imaginaire collectif, la musique country américaine résulte en réalité de la rencontre entre plusieurs cultures, chacune provenant d’horizons fort différents. 

Bien plus riche qu’il n’y paraît, elle a su évoluer ainsi que développer des caractéristiques qui finiront par lui être propres, marquée par des artistes mais aussi des chansons qui seront restés gravés dans les mémoires.

Retour sur les origines d’une musique qui bouge !

Quelle est l’origine de la musique country ?

La musique country s’est tout d’abord développée dans les communautés des colons britanniques qui s’installèrent dans le massif des Appalaches et dans les Monts Ozarks à partir du 18e siècle

A l’origine, ce genre musical était un entremêlement de ballades à caractère narratif, de chansons dites lyriques, de comptines, de cantiques, d’hymnes et de psaumes qu’emportèrent avec eux les émigrés en provenance d’Europe lors de leur arrivée en Amérique du Nord. C’est donc une importante tradition musicale qui se propagea par-delà l’Atlantique.

Emplie d’une inégalable fougue, elle sera rejointe par le chant en yodel, les airs de music-hall et de gospel, les valses et les polkas des immigrants slaves et germaniques, la mandoline italienne, le banjo africain et bien d’autres encore.

Un héritage qui parvint à persister au fil du temps, plus particulièrement dans le Sud des Etats-Unis.

musique-country-americaine

Comment reconnaître une musique country ?

Retrouvées à la fin du 19e siècle, les premières ballades et chansons lyriques appartenant à la country abordent fréquemment des thèmes tragiques. Que cela concerne un amour infortuné, une histoire d’adultère, la douleur d’un abandon, un meurtre d’une quelconque nature ou la souffrance menant au suicide. Le sujet le plus récurrent se trouvant être une mort d’une âpreté poignante.

Si l’on souhaite toutefois obtenir un registre plus jovial, il faudra se tourner vers des chansons tendant à dépeindre des désastres sensationnels ou bien les prouesses des plus célèbres malfaiteurs de l’Ouest ! Les œuvres musicales étaient essentiellement composées par des personnages venant de milieux ravagés par une économie instable et des conditions sociales épineuses.

Enfin, l’ambiance de chaque chanson est maintes fois soutenue par la présence de voix et d’instruments, afin de donner davantage d’ampleur aux émotions qui s’en émanent. Ce qui est avant tout à retenir, c’est que la musique country se définit spécialement par ses progressions d’accords simples et une histoire des plus notables.

musique-country-americaine

Comment la country a-t-elle évolué ?

Années 20 

En 1922, le premier enregistrement commercial émettant des consonances country, Sallie Gooden, fit son apparition. Il fut interprété par Eck Robertson pour Victor Records. Vint ensuite en 1924, Vernon Dalhart qui fut le premier chanteur de country à susciter l’intérêt du public avec la chanson Wreck of the Old ’97. Le précédèrent très peu de temps avant Samantha Bumgarner et Eva Davis, premières personnalités féminines à s’être introduites dans le milieu de la musique country.

Années 30 

Jouant de la popularité qu’était en train de gagner le Far West au sein des plateaux hollywoodiens, les cowboys songs finirent par apparaître de manière progressive, grâce à l’avènement du cinéma parlant. De son côté, séduit par les sonorités du blues et du swing, le musicien Bob Wills décida de lancer le western swing

Viendra quelque temps après, avec le bouleversement de la seconde guerre mondiale, le honky tonk. Témoignage des événements de la vie quotidienne du peuple, clin d’œil aux bars abondants en sexe et en alcool et transformation du « hillbilly » rural en une musique adaptée au contexte des grandes cités. Hank Williams le rendit populaire à la fin des années 1940, mais il le resta également dans les années 1950 grâce à l’artiste Webb Pierce.

Années 60 

La country s’implanta massivement à Nashville. Cependant, elle se vit rapidement menacée par la musique rock mais sera sauvée par Chet Atkins et ses talents de guitariste. Il divulguera ainsi un tout nouveau son : le Nashville Sound.

Un autre genre de musique country se développera à Bakersfield, en Californie. Influencé par Bob Wills et Lefty Frizzell vers 1966, il se fera connaître en tant que Bakersfield Sound. Sa base reposant sur l’utilisation d’instruments électriques et l’amplification.

Années 70 & 80 

La Country pop ou soft pop, se manifeste dans les années 1970. Elle possède alors un son country beaucoup plus urbain que la country traditionnelle, d’ordinaire plus rurale. Des chanteurs comme Michael Nesmith, The Bellamy Brothers, Glen Campbell, John Denver, Eagles, Olivia Newton-John, Marie Osmond, B. J. Thomas et Anne Murray y auront du succès.

Dans les années 1980, les ventes de disques de certains artistes explosèrent. Willie Nelson et Juice Newton furent de ce fait tous deux dans le top 5 du Billboard.

Années 90 & 2000

Dans les années 1990-2000, des stars comme Lady Antebellum firent un carton.  En septembre 2004, 10 albums de country étaient classés parmi les 50 meilleures ventes de disques aux États-Unis.

Bien que discrète sur le marché international, la musique country reste une force majeure sur le marché intérieur, comme le soutiennent les chiffres publiés par le magazine Billboard. Effectivement, elle représente une composante essentielle de l’industrie musicale américaine.

musique-country-americaine

5 musiques country connues à redécouvrir

1. Oh my darling Clementine-Percy Montross (1884) 

Inspirée d’une chanson antérieure Down by the River Liv’d a Maiden, Oh my darling Clementine aura connu de nombreux interprètes, tout en étant parfois allée jusqu’à connaître quelques dénaturations. On y compte Bing Crosby, Connie Francis, Freddy Quinn, Jonny Hill et d’autres encore.

La chanson relate la noyade de la fille d’un chercheur d’or. Ne sachant nullement nager, le narrateur qui prétendait aimer la pauvre innocente, la vit trépasser sous ses yeux. La ballade perd pourtant vite de sa saveur lorsque le narrateur la conclut en proclamant qu’en embrassant la sœur de sa bien-aimée, il en oublia aussitôt cette dernière.

Bien que la mélodie soit présumée inconnue, l’écrivain Gerald Brenan aurait soutenu dans son livre South from Granada, qu’elle viendrait d’une ancienne ballade espagnole, rendue populaire par les mineurs mexicains lors de la ruée vers l’or de Californie. Moment historique où se déroule l’histoire du titre. 

2. Cotton eyed Joe (entre 1800 et 1861) 

Beaucoup d’inexactitudes hantent les anecdotes de cette chanson. On dit qu’elle précéderait la période de la guerre civile américaine et se serait répandue dans le sud des Etats-Unis parmi les esclaves. Aussi, elle aurait généralement été jouée au violon ou au banjo tout en ayant inspiré plusieurs variantes de danses. 

Les ouï-dire concernant le fameux Joe et ses “yeux de coton” restent autrement, tout autant divergents que les interprétations du titre popularisé par le groupe suédois Rednex en 1995.

Tantôt atteint de cataracte, de trachome ou de syphilis, tantôt aveuglé par de l’alcool fait maison. Tantôt homme fuyant avec la femme qui faisait battre le cœur du narrateur, tantôt homme en deuil ayant fabriqué un violon avec le cercueil de son fils.

Quoi qu’on en dise, Joe restera probablement l’un des protagonistes les plus énigmatiques dont la légende finira par posséder plus de 150 versions.

3. Steel Guitar Rag-Bob Wills & the Texas Playboys (1936) 

Elle fut écrite par Leon McAuliffe, l’un des membres des Texas Playboys, dont l’instrument n’était autre qu’une guitare en acier (steel guitar). Contre toute attente, la mélodie ressemble fortement à l’œuvre du guitariste Sylvester Weaver datant de 1927, Guitar Rag

Cependant, Leon nia avoir pris connaissance du morceau concerné avant la composition de ce qui deviendra un véritable tube et sera repris par de nombreux autres artistes, dont Merle Travis qui y introduira des paroles avant d’enregistrer sa propre version une dizaine d’années plus tard. 

4. Song of the South-Bobby Bare (1980) 

Bien que Bob McDill en soit le compositeur, Bobby Bare fut le premier à l’enregistrer. Toujours est-il que le titre n’atteindra le numéro 1 des charts country américains et canadiens qu’en 1988, grâce à la reprise du groupe Alabama.

La chanson retrace l’histoire d’une famille de producteurs de coton pauvres pendant la Grande Dépression. Elle perdit  la ferme qui était en sa possession après que la mère soit tombée malade.

5. Thank God I’m a Country boy-John Denver (1975)

Signée John Martin Sommers, l’inspiration lui serait venue alors qu’il conduisait et se sentait “paisible, heureux et satisfait”.

Les pauses instrumentales de la chanson incorporent un violon jouant l’ancien air de Sally Goodin, qui est également référencé dans les paroles de la chanson : “Je jouerais Sally Goodin toute la journée si je pouvais”

Elle était l’une des six chansons sorties en 1975 qui figuraient en tête des charts Billboard Hot 100 et Billboard Hot Country Singles. Sa version live se classera n ° 1 des charts Billboard Hot Country Singles et Billboard Hot 100 la même année de sa sortie.